Surveillance événementielle des pestes porcines en France en élevages de suidés

Il est important que les éleveurs restent vigilants quant à l’apparition de signes cliniques évocateurs de peste porcine. Contactez immédiatement votre vétérinaire en cas de doute !

 

 

Instruction technique
DGAL/SDSPA/2018-389
du 17/05/2018
Télécharger

L’instruction technique DGAL/SDSPA/2018-389 du 17/05/2018 décrit les modalités de surveillance événementielle des pestes porcines (peste porcine africaine (PPA) et peste porcine classique (PPC)) en élevages de suidés (porcs et sangliers d’élevage) proposées dans le cadre de la Plateforme nationale d’épidémiosurveillance en santé animale.

L’objectif de cette surveillance événementielle est de détecter le plus précocement possible l’introduction de la PPA ou de la PPC en élevage, avec ou sans connaissance préalable de cas dans la faune sauvage.

Les pestes porcines se diffusent par contact direct ou indirect avec des animaux infectieux. Aussi, la propagation sera rapide dans un lot (une case) mais la diffusion au reste de l’élevage sera fonction des mesures de biosécurité internes à l’élevage. Lors de la visite, l’ensemble du troupeau (des lots) doit être examiné pour déceler les signes généraux comme l’hyperthermie.
Le contexte épidémiologique (absence apparente de facteurs de risque tels qu’introduction d’animaux, contacts avec la faune sauvage, etc.) ne doit pas moduler la déclaration d’une suspicion au risque d’écarter des suspicions par défaut. En effet, par définition, les circonstances d’apparition d’une maladie exotique ne sont pas connues à l’avance.
Les critères de suspicion clinique de pestes porcines devant faire l’objet d’un signalement immédiat à la direction départementale en charge de la protection des populations (DDecPP) lorsqu’ils sont relevés en élevage sont présentés ci-dessous.

Il est de la responsabilité de l’éleveur ou du vétérinaire de signaler immédiatement à la DDecPP tout cas répondant aux critères de suspicion clinique de peste porcine définis ci-dessous et s’entretenir sur la conduite à tenir. Le déclarant entre en contact avec la DDecPP par téléphone, soit directement durant les horaires d’ouverture du standard téléphonique de la DDecPP, soit par l’intermédiaire du standard de la préfecture joignable à toute heure du jour et de la nuit. 

Lors du signalement, le déclarant communique les éléments cliniques et de contexte à la DDecPP (caractéristiques du site et des activités, espèces présentes, nombre d’animaux, types de lésions observées, niveau de sévérité,…).

 

Critères de suspicion clinique en élevage de porcs domestiques

Observation le jour de l’examen ou dans les commémoratifs au cours du mois précédent de plusieurs animaux dans l’élevage présentant des signes généraux :

– chez les porcs en croissance : appétit diminué, hyperthermie, regroupements des animaux, apathie, dyspnée, ataxie,
– chez les animaux reproducteurs : ces mêmes signes cliniques associés ou non à des avortements et une forte mortalité sous la mère,
– et/ou lésions hémorragiques externes (rougeurs des extrémités et de la partie déclive de l’abdomen, hémorragies (pétéchies) sur les oreilles et sur le reste du corps),

ET Mortalité (en excluant les porcelets de moins d’un mois) :

– d’au moins 5 animaux (définie à l’échelle de l’unité épidémiologique la plus pertinente en fonction de l’exploitation : bâtiment, atelier ou bande) dans le cas d’un effectif de moins de 100 animaux, ou
– d’au moins 5 % de l’effectif avec une augmentation de l’incidence des mortalités au fil des jours sur un période d’au maximum un mois,

ET Absence de diagnostic différentiel d’exclusion avéré (identification d’une autre étiologie avec certitude)*.