Peste porcine africaine (PPA)

Fiche OIE Peste Porcine Africaine
Télécharger

 

Caractéristiques générales

La peste porcine africaine est une maladie hémorragique hautement contagieuse qui touche les porcs, les phacochères, les sangliers d’Europe et d’Amérique. Toutes les classes d’âge sont également sensibles à la maladie.
Sous ses formes hautement virulentes la peste porcine africaine se caractérise par une forte fièvre, une perte d’appétit, des hémorragies au niveau de la peau et des organes internes; la mort survient en 2 à 10 jours en moyenne. La mortalité peut atteindre 100%.
L’agent pathogène responsable de la peste porcine africaine est un virus à ADN de la famille des Asfarviridés.
La peste porcine africaine est inscrite sur la liste des maladies qui fi gure dans le Code sanitaire pour les animaux terrestres publié par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Il s’agit d’une maladie à notifi cation obligatoire auprès de l’OIE (Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE).

Où trouve-t-on la maladie ?

La peste porcine africaine est généralement prévalente et endémique dans les pays de l’Afrique sub-saharienne. En Europe, la maladie n’est endémique qu’en Sardaigne (Italie). Des foyers ont éclaté hors d’Afrique, notamment en Géorgie en 2007 ; dans cette partie de l’Europe, il s’agissait de la première observation de peste porcine africaine. Des foyers sont également survenus dans certains pays des Caraïbes.

 

Comment la maladie se transmet et se propage-t-elle ?

Les phacochères peuvent servir de réservoir naturel du virus sans présenter de signes cliniques. À partir de ce réservoir, les virus sont disséminés par des tiques molles Ornithodoros moubata : elles ingèrent le virus en se nourrissant du sang d’animaux contaminés, puis le transmettent en piquant d’autres animaux sensibles.
Le virus est présent dans tous les liquides corporels et dans tous les tissus des porcs domestiques infectés. Les porcs sont généralement contaminés par un contact direct avec des porcs infectés ou par ingestion de déchets alimentaires contenant de la viande de porc non transformée contaminée, ou des produits qui en sont issus. Certains procédés de transformation ne détruisent pas le virus de la peste porcine africaine. Les mouches piqueuses et les tiques, les locaux contaminés, les véhicules, le matériel ou les vêtements peuvent aussi transmettre le virus à des animaux sensibles.

Quels sont les risques de santé publique liés à cette maladie ?

La peste porcine africaine ne constitue pas une menace pour la santé de l’homme.

Quelles sont les manifestations cliniques de cette maladie ?

La sévérité et la distribution des lésions varient en fonction de la virulence du virus.
Les cas sévères de la maladie se caractérisent par une forte fièvre et une évolution mortelle en 2 à 10 jours en moyenne. Le taux de mortalité peut atteindre 100%. Les autres signes cliniques possibles sont: perte d’appétit, dépression, rougeur de la peau au niveau des oreilles, de l’abdomen et des pattes, détresse respiratoire, vomissements, hémorragies nasales ou rectales et parfois diarrhée.
Des avortements peuvent constituer la première manifestation d’un foyer. Les souches modérément virulentes du virus donnent lieu à des symptômes moins intenses, bien que le taux de mortalité puisse aller jusqu’à 30 à 70%. Lorsque la maladie devient chronique, les symptômes se traduisent par une perte de poids, une fièvre intermittente, des signes respiratoires, des ulcères cutanés chroniques et une arthrite.
Des informations détaillées figurent sur la fiche de l’OIE consacrée à cette maladie www.oie.int/fr/santeanimale-dans-le-monde/fiches-techniques/

Comment la maladie est-elle diagnostiquée ?

La peste porcine africaine peut être suspectée d’après les signes cliniques ; elle doit être confirmée par les épreuves de laboratoire prescrites, surtout pour la différencier de la peste porcine classique. (Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE et Manuel des tests de diagnostic et des vaccins pour les animaux terrestres de l’OIE).

Que fait-on pour prévenir et contrôler cette maladie ?

Il n’existe aucun traitement décrit dans la littérature scientifique ni aucun vaccin contre cette maladie. Dans les pays indemnes de peste porcine africaine, la prévention dépend de mesures d’importation rigoureuses garantissant l’absence d’introduction de porcs infectés vivants ou de produits qui en sont issus dans les zones indemnes. La prévention passe également par l’élimination correcte des déchets alimentaires recueillis dans les avions, les bateaux ou les véhicules provenant de pays infectés.
Dans les zones endémiques, il est difficile d’éliminer le réservoir naturel que constituent les phacochères mais la lutte contre les vecteurs, les tiques molles, est importante pour prévenir la maladie. Il faut également veiller à ce que les porcs sensibles ne reçoivent pas de viande de phacochère ou d’animaux infectés.
Tous les programmes d’éradication fructueux ont reposé sur la rapidité du diagnostic, l’abattage et l’élimination de tous les animaux se trouvant dans des bâtiments contaminés, le nettoyage soigneux, la désinfection, la désinsectisation, le contrôle des mouvements et la surveillance.

Source OIE

Pour en savoir plus…

Plateforme ESA : actualités sanitaires sur les pestes porcines

 

Articles du GDSB2A
Consulter

Peste Porcine Classique (PPC)

DESCRIPTIF DE LA MALADIE

Signes cliniques

La Peste Porcine Classique est une maladie virale, non transmissible à l’homme, largement répandue dans le monde et dont l’importance économique est considérable. Ses manifestations sont variables suivant le stade physiologique des animaux : on distingue

  • Forme suraiguë avec mort en moins de 48h sans symptômes
  • Forme aiguë avec troubles nerveux, digestifs, respiratoires et mort en 5 à 15 jours.
  • Forme chronique

 

La maladie se caractérise également par l’apparition d’hémorragies sous-cutanées : la peau devient violacée puis se nécrose au niveau des oreilles, du groin, des membres et du ventre.

 

Contamination et virulence

Le virus est très résistant, comparé à ceux responsables de la maladie d’Aujeszky et du S.D.R.P. Il résiste bien au froid et peut survivre à certains traitements de la viande. La contamination s’effectue par contacts directs entre animaux (excrétions, sécrétions, sang), mais aussi par infection transplacentaire, propagation par le matériel de soin, l’alimentation mal cuite, … Les porcelets infectés congénitalement peuvent propager le virus pendant des mois

Il n’existe aucun traitement ; la vaccination est interdite.

 

REGLEMENTATION

En présence d’un foyer confirmé, tous les porcs de l’exploitation atteinte sont incinérés, la France étant officiellement indemne de peste porcine classique.

 

LA LUTTE CONTRE LA PESTE PORCINE CLASSIQUE

Prophylaxie

Le dépistage s’effectue par sérologie ELISA, via une prise de sang sur 15 reproducteurs dans les élevages hors-sol de sélectionneurs-multiplicateurs.

 

Prévention de la Peste Porcine Classique

Attention lors d’importations, mise en quarantaine des porcs avant intégration à une troupe, surveillance sérologique et clinique, hygiène générale (matériel, …)

Source GDS Centre

Partie en construction

Chers Adhérents,

Du nouveau contenu sera bientôt disponible, notre site web est en constante évolution !

Nous vous remercions de votre visite et, dans l’attente, vous invitons à consulter les autres parties du site www.gdsb2a.com

ACCUEIL DU SITE